J.-A. Miller, Textes de J.-A. Miller

Le cartel dans le monde

Extraits

Le cartel est l’invention institutionnelle de Jacques Lacan pour réduire les phénomènes de groupe et de pouvoir dans son École. Si la place du leader est inéliminable, le cartel la circonscrit et en fait une fonction permutative. L’École se place sous l’égide du travail et celui-ci passe par le cartel, non par des cours magistraux. La différence de l’École, toujours à soutenir et à réinventer, c’est la passe bien sûr, mais c’est aussi le cartel !

Le cartel, à la différence de la passe, est contemporain de la création de l’École.

J.-A. Miller

[…]

Le plus-un de cartel, qui est le leader fonctionnel d’un groupe minimal, ne sature pas la demande de charisme. Le plus-un est un leader, mais un leader modeste, un leader pauvre. [Le] cartel incarne une thèse de la théorie des groupes – à un groupe, il faut un leader, tout groupe a un leader. Cette thèse peut s’inscrire selon les formules de la sexuation mâle, de la même façon que la passe répondrait plutôt aux formules de la sexuation féminine. L’idée de Lacan avec le cartel est à la fois que rien ne sert de nier le fait du leader mais qu’on peut l’amincir au lieu de le gonfler, le réduire au minimum, en faire une fonction, permutative qui plus est.

Si ce n’est pas une hiérarchie à l’envers, mais bien une organisation circulaire, celle-ci est marquée au coin d’un égalitarisme certain.

J.-A. Miller

[…]

Pourquoi le cartel est-il pour Lacan congruent avec le travail de l’École, dans son exigence la plus intime et la plus haute ? [Le] cartel, tel que Lacan l’apporte dans l’Acte de fondation, est une machine de guerre contre le didacticien et sa clique – comme Lacan en emploie ailleurs l’expression. Cela fait bien voir la parenté du cartel et de la passe. […] L’École, avec son cartel, et sa passe, est un organisme qui vise à arracher la psychanalyse aux didacticiens. […] L’idéologie du cartel a un petit côté leveller, niveleur.

Le travail de l’École passe par le cartel – non par le séminaire, la conférence, le cours.

J.-A. Miller

[…]

[Reprenons] la phrase de Lacan qui introduit le cartel dans son Acte de fondation – « Pour l’exécution du travail, nous adopterons le principe d’une élaboration soutenue dans un petit groupe ». Commentaire : le cartel, qui est ce petit groupe, est un moyen pour exécuter un travail. Ce n’est pas une fin en soi. Oui, mais ce n’est pas non plus exactement un moyen. Lacan dit plutôt que c’est le moyen, et non pas pour exécuter un travail, mais pour exécuter le travail […] – avec l’article défini. Cette phrase, si on s’y arrête, dit que le travail de l’École passe par le cartel. […]

Dans l’Acte de fondation de Lacan, le mot travail est plusieurs fois répété. On le trouve au second paragraphe, au troisième paragraphe. Au quatrième paragraphe, l’auteur parle de tâche, au cinquième de l’exécution du travail, etc. II termine sur les travailleurs décidés. L’Acte de fondation est sous l’égide du travail.

[…]

Si l’on saisit que, dans l’intention de Lacan, le travail de l’École passait par le cartel – et non le séminaire, la conférence, etc. – on comprend alors la fonction des Sections de l’École. Lacan avait prévu trois Sections qui étaient autant de regroupements de cartels. S’il y a des cours, des séminaires, des conférences, cela se fait hors École. D’ailleurs, le Séminaire de Lacan était hors École. L’Acte de fondation dit que le propre de l’École, dans son rapport à la vérité, c’est le travail par cartels. […]

Comment donner le maximum d’intensité à l’École ? Est-ce en important ce qui fonctionne avec succès dans d’autres lieux ? Ou, au contraire, en allant au bout de notre spécificité, telle que Lacan la dessine ici ? En l’assumant et en la travaillant ? […] Cela suppose de réinventer sa différence.

Références
"Le cartel dans le monde"
J.-A. Miller
Revue
La Lettre mensuelle, n°134
Éditeur
École de la Cause freudienne
Année
1994
Retrouvez cette référence :
plus d'informations

Extraits du texte « Le cartel dans le monde », intervention à la Journée des cartels du 8 octobre 1994 à l’ECF, transcrite par Catherine Bonningue, publiée dans La Lettre mensuelle de l’ECF, no 134, 1994, p. 35-37. Version révisée par Pascale Fari pour le site de l’ECF en décembre 2020.

[NDE] « Le cartel dans le monde », dont figurent ici quelques extraits, est la première partie du texte « Le cartel au centre d’une École de psychanalyse. 1994 », composé de deux interventions prononcées à un jour d’écart ; la seconde partie est constituée par le texte « L’École à l’envers », publié dans L’Envers de Paris, n1, novembre 1994. Version intégrale téléchargeable au format pdf en cliquant ci-dessous.

D’écolage
J. Lacan
Cinq variations sur l’élaboration provoquée
J.-A. Miller
Acte de fondation
21 juin 1964
J. Lacan