Cartello, 39

Le plus-un, au service d’un invisible

12/12/2022
Cécile El Maghrabi Garrido

Parce que, comme le fait savoir Jacques-Alain Miller, « il n’y a nulle vocation au travail »1Miller J.-A., « Cinq variations sur le thème de « l’élaboration provoquée » »., la fonction de plus-un engage celui qui l’assume à être un « agent provocateur »2Ibid. de l’élaboration à plusieurs. J.-A. Miller propose « la structure du discours hystérique »3Ibid. comme étant la plus favorable à cette mise au travail vers un savoir nouveau. Le plus-un, en position de S barré, se met à la tâche à partir de sa propre question, et fait « des trous dans les têtes » par le refus d’occuper la place de celui qui sait. L’assomption d’un savoir troué est nouée à la vivacité du désir de savoir. Ainsi, pour mettre en jeu sa fonction dans le cartel, il est crucial que le plus-un ait fait l’expérience, dans l’analyse, d’une parole qui met en rapport avec un manque-à-être originaire. Il s’agira à partir de cette expérience de participer à créer un vide au cœur du travail en cartel, condition d’une élaboration à plusieurs.

Dans ce qui vectorise la création d’un vide, la dimension de la présence réelle est essentielle. C’est par l’engagement du corps et de ses objets que se manifeste l’éclat du désir et ce qu’il a de contagieux. Un trait de la présence réelle peut se retrouver dans le style propre à chaque cartellisant à travers une lecture et la prise de parole pour tenter d’en dire un bout. C’est à cette dimension singulière que le plus-un sera sensible pour en soutenir les occurrences de chacun, parfois discrètes.

Si le plus-un est choisi par les cartellisants sous les traits de l’agalma4Ibid., il lui revient de faire que s’opère un certain déplacement de transfert vers ce qui cause son propre désir, la référence aux textes fondamentaux de la psychanalyse et leurs auteurs. Depuis ce préalable, un dire au sein du cartel peut faire surgir, pour un cartellisant, un éprouvé qui établit une connexion avec l’objet a, soit un insaisissable. Cela tient au fait que ces dires trouvent leur départ dans ce que la lecture des textes génère de points de butée et d’insatisfaction liée à la nature du signifiant. J.-A. Miller nous enseigne que « L’objet petit a qui est là construit reste évidemment une formation très ambiguë, qui est d’un côté irréductible à la symbolisation et irreprésentable selon les lois normales du champ visuel, extérieur à l’Autre, et néanmoins inclus dans l’Autre, mais comme différent du signifiant. »5Miller J.-A., « Introduction à la lecture du Séminaire L’angoisse de Jacques Lacan », La Cause freudienne, n°59, 2005, p. 75. On peut considérer le plus-un comme au service de cet invisible, du savoir à venir qui cause le désir et pousse à dire. J.-A. Miller précise qu’on retrouve « dans l’enseignement de Lacan, des va-et-vient continuels : d’un côté, l’objet petit a comme réel, mais en même temps relatif à l’élaboration signifiante. »6Ibid, p. 76.

Le travail en cartel permet de faire l’expérience d’un rapport au savoir que l’on peut qualifier d’insolite. Alors que les discours dominants donnent lieu à une version du savoir qui souvent éveille la dimension surmoïque du rapport au maître et l’inhibition qui en découle, la structure du cartel met en rapport avec un savoir vivant dont chacun peut se faire le découvreur. C’est ce que le transfert de travail, mis à l’œuvre par la fonction du plus-un, a de plus joyeux.


Cécile El Maghrabi Garrido est pédopsychiatre, membre de l’ACF en Midi-Pyrénées.