PARUTIONS
LIVRES

Lacan versus Foucault

La psychanalyse à l'envers des normes

Aurélie Pfauwadel
Références
Lacan versus Foucault
Aurélie Pfauwadel
Éditeur
Édition du Cerf
Pages
392
Année
2022
prix
26 €
Stéphanie Haug
  • Penser les normes, ou l’absence de normes, penser le besoin de normes et la nécessité de s’en défaire à travers l’œuvre de Lacan et la critique de Foucault, tel est le dessein de cet ouvrage qui entend renouveler le questionnement philosophique sur les normes. L’apport de la psychanalyse tient au caractère radicalement hors normes de cette expérience, qui permet de théoriser non seulement les processus de normalisation par l’Autre et par le social, mais aussi la normativité inventive des sujets et son pouvoir subversif.

    Voici, pour la première fois avec une telle ampleur et une telle exhaustivité, la confrontation décisive entre les pensées de Michel Foucault et de Jacques Lacan. Ce travail vise à répondre aux critiques de Foucault et de ses successeurs actuels (tels que Paul B. Preciado), et à démontrer l’irréductible spécificité de la psychanalyse, là où les généalogies foucaldiennes la rabattent sans cesse sur d’autres discours (médical, psychiatrique, familial, juridique, spirituel). Donnant naissance à un véritable aggiornamento de la pratique lacanienne, ce livre s’érige aussi contre les préjugés environnant la psychanalyse, qui ont beau jeu de la reléguer à une pratique réactionnaire.

  • Le remarquable ouvrage d’Aurélie Pfauwadel nous offre, par une mise en perspective de la pensée foucaldienne et des élaborations lacaniennes, une saisissante démonstration de l’a-normalité de la psychanalyse. L’auteure s’emploie à déceler, non seulement ce qui vient affirmer le sans pareil du discours et de la praxis analytiques, mais elle s’applique également à interroger la moindre conception psychanalytique susceptible de faire la paire avec une quelconque norme.

    En suivant le fil rouge de la question normative, Aurélie Pfauwadel fraye une voie entre le discours de Foucault et celui de la psychanalyse à l’aune de ses variations. Ainsi, son ouvrage dessine un trajet constitué d’une traversée rigoureuse de l’enseignement de Lacan, dont elle prélève selon un choix savant, des fragments des plus pertinents. Elle confronte les points de vue du philosophe, lesquels apparaissent par touches et à point nommé. Si Foucault range la psychanalyse parmi les autres discours normatifs et l’accuse d’être « un discours juridico-discursif », c’est que l’éclairage du tout dernier enseignement de Lacan lui manque. Or, pour appréhender la psychanalyse comme pratique, mais aussi comme discours foncièrement singulier et hors les normes, il est nécessaire d’aller jusqu’au bout de l’enseignement de Lacan.

    L’auteure sillonne donc l’œuvre du psychanalyste et met en évidence l’effort constant de celui-ci pour élaborer les modalités d’une psychanalyse hors normes, au-delà des fonctions normativantes que sont le Nom-du-Père ou encore l’Œdipe. Avec la prise en compte du « il n’y a pas », c’est à dire de la dimension de l’impossible comme indice du réel, Aurélie Pfauwadel montre qu’« il n’y a pas de normes du désir et de la jouissance1Pfauwadel A., Lacan versus Foucault. La psychanalyse à l’envers des normes, Paris, Les Éditions du Cerf, 2022, p. 187.». Ainsi, la psychanalyse comme éthique du désir repose sur une éthique hors-normes, car le désir ne peut-être qu’absolument singulier. En suivant pas à pas le fil des élaborations lacaniennes, il est possible d’affirmer qu’il n’existe aucune norme universelle, pas plus que particulière, au désir et à la jouissance en tant qu’ils s’articulent au Un et au réel dont Foucault n’a rien voulu savoir.

    In fine, la question du réel, centrale dans le Lacan ultime fonde le point de disjonction et de démarcation entre le psychanalyste et le philosophe dont « l’approche nous semble ainsi marquée par une certaine dose d’utopie, en tant qu’il nie l’impossible que Lacan maintient comme butée sans remède où viennent s’échouer les pratiques2Ibid., p. 337. ».

    L’ouvrage d’Aurélie Pfauwadel est en ce sens une invitation, celle de ne pas faire l’impasse sur le dernier enseignement de Lacan qui met en relief ce « il n’y a pas » co-ex-sistant à l’impossible du réel, cette « négativité comme principe anti-normalisant3Ibid., p. 380. ». C’est dans cette absence que réside l’offre inédite de la psychanalyse à ceux qui font le choix de l’expérience analytique : se départir « l’espace d’une respiration […] de la pression surmoïque des autres discours, et de la marche folle des normes4Ibid., p. 383. ».

    Un « espace de respiration », c’est également ce que propose le livre d’Aurélie Pfauwadel à qui consent à se laisser surprendre par une lecture aiguisée et inédite des textes de Lacan.

  • 1
    Pfauwadel A., Lacan versus Foucault. La psychanalyse à l’envers des normes, Paris, Les Éditions du Cerf, 2022, p. 187.
  • 2
    Ibid., p. 337.
  • 3
    Ibid., p. 380.
  • 4
    Ibid., p. 383.