Campus de l'ECF
Paris

De la pratique analytique avec des psychotiques ordinaires et extraordinaires

E10.2022-2023-Jean-Claude Maleval

20 octobre 2022 - 21h00
Infos pratiques
20/10/22 - 21h00

7 dates. Les jeudis.
2022: 20/10, 24/11, 15/12.
2023: 19/01, 23/03, 25/05, 22/06.

École de la Cause freudienne
1 rue Huysmans
75006 Paris
Et en visioconférence.
Inscription
Tarifs :

Sur place en accès libre.
Le cycle en visioconférence : 80€.

Dans le cadre du Campus de l’ECF, Jean-Claude Maleval, psychanalyste, membre de l’ECF et de l’AMP, dépliera des concepts psychanalytiques en lien avec le thème de la pratique analytique avec des psychotiques ordinaires et extraordinaires

Argument

L’augmentation considérable de sujets psychotiques, délirants ou non, qui s’adressent au psychanalyste est une caractéristique de la pratique du XXIe siècle. En promouvant la réduction de la souffrance psychique à un dysfonctionnement du cerveau, le discours actuel de la psychiatrie génère des prises en charge sans écoute ni accompagnement. Il bloque toute interrogation sur le sens de ce que vivent les patients et se désintéresse de la singularité de leur souffrance. Dès lors plus nombreux sont les sujets en quête d’une écoute, même quand ils sont médiqués. Chercher à contenir la jouissance en excès du sujet psychotique passe par une conversation adaptée différente d’une technique interprétative cherchant à élucider le sens du symptôme. La conversation est mieux orientée quand elle est menée par un analyste averti de la fonction des passages à l’acte psychotiques, quand il est en mesure d’accepter l’originalité de suppléances atypiques, quand il est ouvert à l’accompagnement de certains travaux d’écriture, quand il est capable de distinguer le syndrome d’Asperger de la psychose ordinaire, quand il ne mesure pas le délire à l’aune de la réalité, etc. La psychanalyse appliquée avec le psychotique n’est guère tournée vers le passé, ni vers le déchiffrage de l’inconscient, mais vers l’apaisement de la jouissance dérégulée ; son but n’est pas la traversée du fantasme, ni le dégagement d’un signifiant-maître, mais l’invention d’une suppléance. Elle doit parfois se satisfaire plus modestement d’un soutien à des étayages.